Créé(e) 14/06/2022
14 juin
2022

Les macroalgues sont des producteurs de matière organique majeurs des zones côtières. Les scientifiques se sont intéressés aux stratégies mises en œuvre par une bactérie marine pour attaquer des tissus de macroalgues fraîches et initier leur dégradation. La compréhension de ces mécanismes de dégradation offre des outils prometteurs en vue d’optimiser les processus de transformation de la biomasse algale. Ces travaux sont publiés dans la revue the ISME Journal.

A l’instar des plantes terrestres, les macroalgues sont des organismes produisant de la matière organique via la photosynthèse et sont ainsi à la base des chaines alimentaires. Elles forment un ruban continu le long des littoraux qui, en termes de superficie et de productivité, est comparable à la forêt amazonienne. Les dégradation et réinjection vers les niveaux trophiques supérieurs de ce stock considérable de matière organique sont principalement opérées par les bactéries marines hétérotrophes. Cependant, et contrairement à l’utilisation de composés algaux purifiés, les mécanismes bactériens régissant la dégradation d’algues intactes telles qu’on les trouve dans la nature restent encore méconnus à ce jour.