Créé(e) 16/12/2014 Mis à jour 22/08/2019

Les macroalgues marines ont des cellules entourées par une paroi dynamique, complexe, et riche en polysaccharides. Les composés constitutifs sont originaux et n’ont aucun équivalent chez les plantes terrestres.

Ces polysaccharides sont pour la plupart anioniques, très souvent sulfatés. Les polysaccharides majeurs constituent une source d’agents gélifiants et/ou de produits à haute valeur ajoutée pour l’industrie (i.e. alginates et fucanes chez les algues brunes, agars et carraghénanes chez les algues rouges). En revanche leur structure fine, les composés mineurs de la paroi ainsi que leurs arrangements moléculaires et interconnections restent méconnus. De même, ces polysaccharides jouent des rôles clés dans de nombreux processus physiologiques chez ces organismes mais leurs voies de biosynthèse et bases fonctionnelles sont largement inexplorées.

Par ailleurs, la biomasse de ces parois de macroalgues représente une source de carbone importante pour la microflore associée. En effet, des bactéries hétérotrophes marines se sont spécialisées dans la dégradation et l’assimilation de ces polysaccharides d’algues, mais les bases moléculaires des interactions macroalgues-bactéries marines sont encore peu explorées.

Pour répondre à ces questions, nos recherches s’articulent principalement autour des deux axes suivants :

Axe 1. Biologie et biosynthèse des polysaccharides de paroi chez les algues marines

Axe 2. Biologie intégrative des bactéries marines associées aux algues et dégradation des polysaccharides marins