Créé(e) 01/02/2017 Mis à jour 10/02/2017

La grande diversité d’organismes, de milieux et d’usages rencontrée dans la région de Roscoff en fait un véritable laboratoire naturel pour étudier la dynamique de la biodiversité en zone côtière tempérée.

  • maintenir des suivis à long terme pour l’analyse de la dynamique et du fonctionnement de la biodiversité en zones côtières en relation avec les changements environnementaux
  • mettre à disposition de la communauté scientifique des outils indispensables à l’évaluation de la diversité taxonomique ou moléculaire (ex : inventaires, barcoding).

 

OBLiC repose sur une intégration forte de différents champs disciplinaires (i.e.océanographie, écologie des populations et des communautés, écologie évolutive, génomique environnementale) indispensables à une analyse conjointe des différentes facettes de la biodiversité et à la mise en réseau des données acquises.

  • Axe 1 : Inventaire dynamique de la biodiversité
  • Axe 2 : Evolution à long terme de la biodiversité et mécanismes impliqués

L’axe 2 est découpé en 3 opérations complémentaires :

  • Dynamique démographique et génétique d’espèces remarquables considérées comme des sentinelles de l’état du milieu (espèces d’intérêt commercial, espèces invasives, espèces toxiques, espèces patrimoniales)
  • Dynamique à long terme de la diversité des communautés (peuplements phytoplanctoniques et macrobenthiques)
  • Fonctionnalités de l’écosystème en réponse à l’évolution de la biodiversité

La « région de Roscoff » est définie comme la partie de la côte nord bretonne comprise entre Portsall et Trébeurden dans un rayon de 25 milles au large de Roscoff.

Avec plus de 3000 espèces d’invertébrés et 700 espèces de macro-algues recensées, la faune et la flore marines de Roscoff sont sans conteste parmi les plus riches du plateau continental européen. Cette forte diversité spécifique s’explique notamment

  • par une situation géographique remarquable, dans une zone de transition biogéographique où se rencontrent espèces boréales et lusitaniennes
  • par son régime de marée mégatidale à l’origine de fluctuations environnementales nécessitant des adaptations particulières
  • par une mosaïque d’habitats couvrant tous les types de substrats (des vases aux fonds rocheux), des estuaires vers la mer ouverte, sur des surfaces réduites.

La région de Roscoff constitue par ailleurs une réserve exceptionnelle de diversité génétique pour de nombreuses espèces d’algues et d’invertébrés qui pourrait trouver sa source dans une mise en contact secondaire de populations ayant trouvé des zones refuges au nord et au sud de la Manche lors des dernières glaciations.

De manière comparable à ce qui est observé dans de nombreux sites du littoral nord-ouest européen, la région est une zone soumise à de nombreuses pressions anthropiques locales (conchyliculture, exploitation goémonière, extraction de granulats, activité portuaire, tourisme) qui s’ajoutent à une évolution régionale ou globale des conditions environnementales pour moduler et contraindre la dynamique et le fonctionnement des écosystèmes côtiers.