Créé(e) 15/09/2016 Mis à jour 16/07/2019

Mieux comprendre comment vivent les grandes algues marines dans leur environnement marin

Dans la zone intertidale (la zone de balancement des marées), les grandes algues marines sont soumises à un environnement fluctuant et doivent faire face à toutes sortes d’agression (herbivores, microbes, etc…). Nos travaux cherchent à décrypter certains des mécanismes développés par ces végétaux, au cours de l’évolution, pour s'acclimater et s'adapter au milieu marin.

Nous nous intéressons plus particulièrement aux réponses métaboliques des algues face aux stress biotiques et abiotiques, et à la défense et à la signalisation chimique des algues brunes lors des interactions avec les herbivores ou avec les endophytes. En étudiant la biologie de l'holobionte, c'est-à-dire des algues et de leur microbiome, nous cherchons également à mieux comprendre le rôle des bactéries associées dans la physiologie des algues. En parallèle, l’accès aux génomes d’algues modèles et de bactéries associées nous permet d’explorer les fonctions de certaines voies métaboliques originales, par des approches de génomique fonctionnelle. Les données génomiques sont aussi une ressource pour mieux comprendre l'évolution des voies métaboliques impliquées dans les réponses physiologiques des algues.

Focalisés sur quelques modèles d’algues brunes (Ectocarpus, Laminaria et Saccharina) ou rouges (Chondrus crispus), nos travaux de recherche intègrent des approches de (méta)génomique bactérienne, de génomique comparative et de reconstruction de réseaux métaboliques (bioinformatique), d’analyses à haut débit de la régulation des génomes (transcriptomique) et du métabolisme (profilage métabolique), d'écologie chimique (fonction des produits du métabolisme) ou de biochimie des protéines (enzymologie et biologie structurale).