Créé(e) 01/04/2015 Mis à jour 02/04/2015

Les algues marines et les plantes terrestres partagent des traits évolutifs convergents, tels que la multicellularité et une paroi cellulaire riche en polysaccharides. Ces deux aspects sont intrinsèquement liés, puisque le développement d’une paroi adhérente a permis le passage d’une cellule autonome à l’apparition d’organismes multicellulaires. En étant phylogénétiquement distants des plantes terrestres, les algues marines constituent donc des modèles alternatifs intéressants pour l’étude des mécanismes fondamentaux du développement chez les eucaryotes. Alors que nous avons une connaissance exhaustive des structures fines des composés de paroi chez les plantes vertes et de leurs fonctions biologiques, l’équivalent n’est pas vrai chez les macroalgues marines.

Mes recherches portent sur les fonctions biologiques des parois chez les macroalgues marines. Les algues brunes sont actuellement mes modèles d’intérêt. Chez Fucus, j’étudie le rôle de la paroi dans l'établissement de l’axe de polarité au cours de la première division cellulaire. Chez l'algue filamenteuse Ectocarpus, j’étudie le rôle de la paroi lors de l’expansion et de la différentiation cellulaire, ainsi qu’au cours des phases de transition au sein du cycle de vie. Je m'intéresse également à comprendre les variations de la composition de la paroi en réponse à des changements environnementaux, tel que le changement de salinité.

Les polysaccharides de paroi sont localisés in situ par des techniques d'immunohistochimie couplées à la microscopie à fluorescence ou électronique. Dans ce cadre nous développons des sondes qui reconnaissent spécifiquement nos polysaccharides marins, avec : i) des  protéines recombinantes spécifiques et provenant de bactéries marines (produites et exprimées de façon hétérologue dans l'équipe) et ii) des anticorps monoclonaux dirigés contre des épitopes caractéristiques de ces polysaccharides marins (en collaboration avec le Prof. Paul Knox à Leeds, UK). Nous œuvrons également à obtenir une vision plus exhaustive des composés constituants les parois d'algues marines en utilisant des approches à haut débit (i.e. extractions séquentielles des composés de paroi et profilage d'oligosaccharides d’une part, et puces à oligosaccharides en collaboration avec le Prof. William Willats à Copenhague, DK d’autre part).