Created 25/02/2017 Updated 05/09/2017

L'équipe MaPP est l'une des 3 équipes du groupe Plancton Océanique.

Les membres de l’équipe MaPP s’intéressent aux groupes bactériens les plus abondants de la zone éclairée des océans qui jouent un rôle clé dans les cycles biogéochimiques des principaux éléments et dans le fonctionnement de la boucle microbienne : les cyanobactéries, les bactéries phototrophes anoxygéniques aérobies (PAA) et les bactéries à protéorhodopsine (PR).

Nos principaux objectifs consistent à mieux comprendre le succès écologique de ces organismes et la structure de leurs communautés in situ en les étudiant à différents niveaux taxonomiques et différentes échelles d'organisation : gène, cellule, population, écosystème jusqu’à l’océan global. En faisant le lien entre la biologie et l'écologie de ces organismes, cette approche multi-échelles permet ainsi de mieux comprendre les déterminants génétiques et les adaptations responsables des différents patterns de distribution écologique observés.

Les picocyanobactéries marines

Un très large diversité de types pigmentaires
Un très large diversité de types pigmentaires
© Laurence Garczarek, Station Biologique (CNRS et UPMC)
Zoom

Une partie des membres de  l'équipe travaillent sur les deux genres de cyanobactéries les plus abondants dans les écosystèmes marins : Synechococcus et Prochlorococcus

Ces phototrophes oxygéniques présentent une grande diversité écotypique avec des populations physiologiquement et génétiquement distinctes, colonisant des niches différentes le long des gradients verticaux ou horizontaux de lumière et/ou de nutriments.

L'un de nos principaux objectifs est d'étudier les réponses de ces cyanobactéries aux variations des facteurs biotiques (e.g. les virus) et abiotiques (lumière, UV, température, etc.) à court terme (processus physiologiques) ainsi qu'à long terme (processus évolutifs).

Afin de répondre à ces questions, nous utilisons une grande variété d'approches, dont la génomique, la métagénomique, la transcriptomique, la génétique, la biochimie et la biophysique.  

 

 

Les bactéries photohétérotrophes

© Christian Jeanthon, Station Biologique (CNRS et UPMC)
Zoom

Les autres membres de l'équipe étudient l’importance écologique des deux principaux groupes de bactéries photohétérotrophes, les bactéries phototrophes anoxygéniques aérobies (PAA) et les bactéries à protéorhodopsine (PR). Les bactéries PAA ont besoin d’oxygène pour leur croissance et la synthèse de leur pigment photosynthétique, la bactériochlorophylle a. Les protéorhodopsines (PRs) sont des pompes à protons transmembranaires bactériennes qui, actionnées par la lumière,  génèrent de l’énergie.

Nos objectifs sont d’étudier leur diversité génétique et fonctionnelle, de comprendre leur rôle dans les cycles biogéochimiques et d’expliquer leur succès global dans l’environnement marin.